R

E

R

S

PAP

CALLS FO

Posthumanism at the Margins: On Film, Media, and New Ways of Being

Aux frontières du post-humanisme : De nouvelles représentations
de l’être humain dans les nouveaux médias et au cinéma

** DEADLINE AUGUST 31 **

Issue 10.1

 
ENGLISH

The term posthumanism has, throughout its relatively short lifespan, swelled to encompass any number of definitions and permutations, ranging from a descriptor for a technological afterlife of the “human” to a critical look at ways of being within a wider ecology. The immediate quandary that any scholar of the posthuman faces is the wrangling of a proper definition for such an expansive yet timely topic. It is precisely this ambiguity that we hope to engage with in this issue of Synoptique, as the amorphous idea of the posthuman offers us the chance to re-examine the “human.”

 

Traditionally, posthumanism has remained “committed to a specific order of rationality, one rooted in the epistemological locus of the West” (Jackson 2013, 671). By building upon such legacies of radical perspectives that decentre traditional Western humanist paradigms, such as deanthropocentrism, decoloniality, feminist, and Queer lenses, we aim to place posthumanism in conversation with film and media studies, with the goal of highlighting the historically marginalized perspectives central to this intersection. We believe that film and other new media are uniquely situated to address these sets of questions due to the breadth of disciplines they intersect with, as well as their positions between the technological and the cultural. We invite submissions to consider how different forms of media may challenge, transform, and transcend traditional paradigms of the posthuman; we especially invite submissions of alternative media such as video essays, zines, or other art pieces.

In the midst of a pandemic that has both exacerbated our differences and underscored our interconnectedness – particularly through widespread digital platforms – we might ask how the posthuman may act as a remapping of humanity away from Eurocentric individualism and onto one woven through with networks of relationality first expressed by marginalized communities. This issue of Synoptique looks to re-evaluate the notion of “moving beyond” the “human,” identifying the limitations of the posthuman movement in critical academic discourse – what we are moving away from, who is permitted to be seen as posthuman, what a posthuman world may entail – as well as reframing and renegotiating the normative, hierarchical configurations of the “human” that we wish to transcend (Muñoz 2015).

Drawing on recent work by scholars such as Kathryn Yusoff, Amy Cutter-Mackenzie-Knowles, and Zakiyyah Iman Jackson, this issue centres marginalized perspectives and stewardship, and departs from Western notions of linear time, uninhibited technological advancement, and individualism. In countering these traditions, we can instead expand upon the posthuman as it pertains to: postcolonial visions and our different places within those futures, technological futures and bodily enhancements, communal networks and infrastructures, ontological reconfigurations of the “human,” and temporal disruptions as decolonial knowledge production, among a vast array of other research areas. In mapping these points of tension, we hope to examine the renewed posthumanist perspectives and pathways forged by their interaction and intersection, which can be seen in works such as Asinnajaq’s “Three Thousand'' and her reading of Inuit futurism, as well as Janelle Monáe’s ‘emotion picture’ “Dirty Computer,” which interrogates and queers the idea of cyborg. Through a multiplicity of such approaches including historical surveys, textual analyses, and more, we want to reassess film and media’s place in this conversation in conjunction with new ideas of what posthumanism can do, and it is our hope that you will explore these possibilities alongside us.

We are inviting submissions from scholars of all disciplines to submit works that interrogate the intersection between posthumanism and film and media, and that centre critical lenses including, but not limited to, the following:

  • Critical race and/or postcolonial theory

  • Afro and/or Indigenous futurisms

  • Queer studies

  • Trans studies

  • Feminist and gender studies

  • Disability studies

 

We ask how classic sites of interrogation for posthumanist discourse, such as the cyborg and the (post-)apocalyptic, might be re-examined in a new light through these richly vibrant and still under-explored critical formulations. Essays submitted for peer review should be approximately 5,500 - 7,500 words and must conform to the Chicago author-date style (17th ed.). Video essays submitted for peer review are also accepted. All images must be accompanied by photo credits and captions.

We also warmly invite submissions to the review section, including conference or exhibition reports, book reviews, film festival reports, thought pieces and interviews related to the aforementioned topics. All non-peer reviewed articles should be a maximum of 2,500 words and include a bibliography following Chicago author-date style (17th ed.).

Creative works and interventions in the forms of digital video, still imagery, creative writing, and other multimedia forms are also welcome. These works will be embedded on the Synoptique website, and/or otherwise linked to in the PDF version of the journal. Please do not hesitate to contact us should you have any questions regarding your submission ideas for the non-peer reviewed section.

All submissions may be written in either French or English.

Please submit completed essays or works to the journal editors (editor@synoptique.ca) and the issue guest editors Brianna Setaro (brisetaro@gmail.com), Jess Stewart-Lee (Jess.stewart-lee@mail.concordia.ca), and Marielle Coleman (marielle.coleman@mail.mcgill.ca) by August 31, 2021.

 
FRANÇAIS

À travers sa vie courte mais riche en recherche, le terme post-humanisme a su se développer pour englober un grand nombre de définitions et de permutations, allant d'une conception de « l’être humain » dans un futur défini par la technologie à un regard critique sur les manières d'être au sein d'une écologie plus large. Le dilemme immédiat auquel chaque chercheur.e.s fait face en étudiant le post-humanisme est qu’il est difficile d’établir une définition exacte de ce sujet aussi vaste que d'actualité. C'est précisément cette ambiguïté que nous espérons aborder dans notre numéro de Synoptique ; puisque l'identité du post-humain reste floue, nous pouvons nous interroger sur les multiples définitions de « l’être humain ».

 

Traditionnellement, le post-humanisme est resté « committed to a specific order of rationality, one rooted in the epistemological locus of the West » (Jackson 2013, 671). En s'appuyant sur l’héritage offert par ce type de perspective radicale, qui a pour objectif de décentrer l'humanisme occidental traditionnel, il devient possible de mettre en avant les théories avancées dans le domaine des études décoloniales, féministes et queer. Cela nous permet de faire entrer le post-humanisme en conversation avec les études cinématographiques et médiatiques, dans le but d’éclairer les multiples perspectives historiquement marginalisées dans cette discussion. Nous pensons que le cinéma et les nouveaux médias sont particulièrement bien placés pour répondre à ces problématiques, en raison de l'étendue des disciplines avec lesquelles ils interagissent, ainsi que leur position entre le technologique et le culturel. Nous invitons les autreur.ice.s souhaiteraient répondre à cet énoncé à examiner comment différentes formes de médias peuvent remettre en question, transformer et surpasser les formulations traditionnelles du post-humanisme. Nous invitons également les contributions à prendre des formes alternatives, telle que des essais vidéo, des magazines ou d'autres œuvres d'art.

 

En sachant que cette pandémie a à la fois exacerbé nos différences et souligné notre interconnectivité - notamment par le biais de plateformes numériques généralisées - nous pouvons nous demander comment le post-humanisme peut être redessiné pour promouvoir une idée de l'humanité loin de l'individualisme eurocentrique. De plus, comment pouvons-nous baser cette nouvelle conception sur des réseaux de relations tissés par les communautés marginalisées ? Ce numéro de Synoptique cherche à réévaluer la notion de « dépassement » de « l’être humain », identifier les limites du mouvement dans le discours académique critique - ce dont nous nous éloignons, qui ou quoi peut être considéré comme post-humain, ce qu'un monde posthumain pourrait impliquer - ainsi que le recadrage et la renégociation des normes hiérarchiques de la définition de « l’être humain » que nous souhaitons transcender (Muñoz 2015).

 

En s’inspirant du travail des chercheur.e.s tels que Kathryn Yusoff, Amy Cutter-Mackenzie-Knowles, et Zakiyyah Iman Jackson, cette publication se centre sur les perspectives offertes par une directive marginalisée, et s'écarte des conceptions occidentales du temps linéaire, du progrès technologique démesuré et des phénomènes d’individualisme et d’anthropocentrisme. En allant à l’encontre de ces traditions académiques, nous pouvons nuancer le terme de post-humanisme pour qu’il comprenne des sujets variés tels que les visions postcoloniales, les modifications corporelles liées à la technologie, les réseaux et infrastructures communes, les multiples reconfigurations de « l’être humain » ; ainsi que de créer du savoir décolonialisé en renouvelant certaines conceptions partiales du temps. Nous espérons examiner les points de tension qui émergent à l’intersection de toutes ces idées, permettant ainsi une exploration d’une vision du post-humanisme renouvelée. Ces points d’intersection sont particulièrement visibles dans des œuvres telles que « Trois mille » d'Asinnajaq et son interprétation d’un futurisme inuit, ainsi que le film « Dirty Computer » de Janelle Monáe, qui interroge et bouleverse l'idée du cyborg. En se basant sur une variété de méthodologies, y compris enquêtes historiques et analyses textuelles, nous souhaitons réévaluer la place du cinéma et des médias dans cette conversation tout en considérant le rôle du post-humanisme. Nous espérons que vous explorerez ces possibilités à nos côtés.

 

Nous invitons les contributions de chercheur.e.s de toutes disciplines à nous faire parvenir leurs travaux interrogeant l’intersection du post-humanisme avec le cinéma et les médias, et centré sur des aspects critiques tels que :

 

  • Les études postcoloniales

  • Les futurismes afro et autochtones

  • Les théories queer

  • Les études sur la trans-identité

  • Les études féministes et de genre

  • Les études sur le handicap

 

Nous souhaitons explorer comment les sites traditionnels d'interrogation du discours post-humaniste, tels que le cyborg et le (post-)apocalyptique, pourraient être réexaminés à travers des formulations critiques et décolonialisées. Les contributions pour la section avec comité de lecture devraient faire environ 5 500-7 500 mots et doivent suivre les directives du style auteur-date de Chicago (17e éd.). Les essais vidéo pour la section avec comité de lecture seront également acceptés. Toutes les images doivent être accompagnées de leur source et d’une légende.

 

Nous invitons également les contributions comprenant des critiques de conférences, d’expositions, de festivals de films, de livres ainsi que des entretiens et réflexions liés aux sujets mentionnés. Les articles sans comité de lecture doivent comporter un maximum de 2 500 mots et inclure une bibliographie suivant le style auteur-date de Chicago (17e éd.).

 

Enfin, les œuvres et interventions créatives sous forme de vidéo numérique, d'images, d'écriture créative et d'autres formes multimédias sont également les bienvenues. Ces œuvres seront intégrées sur le site web de Synoptique, et/ou liées à la version PDF de la revue. N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions concernant vos idées de soumission pour la section sans comité de lecture.

 

Toutes les contributions peuvent être rédigées en français ou en anglais.

Veuillez soumettre vos essais ou vos travaux terminés aux éditeurs de la revue (editor@synoptique.ca) et aux rédacteurs invités du numéro Brianna Setaro (brisetaro@gmail.com), Jess Stewart-Lee (Jess.stewart-lee@mail.concordia.ca), et Marielle Coleman (marielle.coleman@mail.mcgill.ca) avant le 31 août 2021.